shutterstock_Relation-Client

 

Lors de notre précédent article sur les start-ups innovantes du secteur de l’assurance, nous vous parlions de plusieurs jeunes entreprises ayant décidé de s’inscrire dans l’économie collaborative. Force est de constater que les exemples se multiplient depuis quelques années.

Qu’est-ce que l’assurance collaborative ?

L’économie collaborative est un modèle alternatif reposant sur la notion de partage. Les consommateurs se regroupent et peuvent échanger, partager ou se regrouper pour obtenir de meilleurs prix. Dans le secteur de l’assurance, cela se traduit principalement par une mutualisation du coût des franchises. Des assurés s’associent et forment une communauté solidaire en cas de sinistre touchant l’un de ses membres. Il s’agit de consommer l’assurance collectivement.

L’avenir de l’assurance ?

Si ce modèle apparaît clairement avantageux pour les consommateurs, qui peuvent compter sur leur communauté en cas de sinistre, il se révèle tout autant bénéfique pour les assureurs.

En effet, l’assurance collaborative est l’occasion pour eux de se distinguer et d’innover. Avec le succès des plateformes collaboratives comme BlaBlarCar ou Airbnb, les assureurs peuvent s’appuyer sur un marché déjà confirmé. Ainsi, en 2014, près de la moitié des Français avaient eu recours à une pratique de consommation collaborative d’après le Crédoc. De plus, cela pourrait limiter les fraudes à l’assurance, car celles-ci auraient alors un impact direct sur l’ensemble de la communauté. Le fraudeur n’engagerait plus seulement sa propre responsabilité.

Du côté de l’assuré, ce système lui permet non seulement de bénéficier d’un « pot commun » accessible instantanément mais, plus généralement, de reprendre la main sur un secteur qui lui échappe bien souvent. Grâce à cette mutualisation des coûts, les consommateurs peuvent prétendre à des contrats d’assurance plus sophistiqués.

Aujourd’hui, de plus en plus de de communautés de ce type voient le jour. On pense à Inspeer en France ou Friendsurance en Allemagne.

 

Share